RÊVONS !
Concours Salon de la Maîtrise d’Oeuvre 2010.

Concept

Que dire d’une solidarité nouvelle née d’un contexte de crise : c’est le cœur de notre proposition.

Notre proposition trouve son sens dans l’idée que lors d’une catastrophe naturelle il peut rester des espaces rescapés. Aussi, le relogement des habitants pourrait trouver sa place dans ces lieux préservés.

Notre réflexion à l’échelle globale propose une colonisation opportuniste et solidaire des vides urbains. Les espaces d‘agréments (places, jardins, etc.), les voiries superflues ou encore les façades des immeubles.

Notre proposition se veut solidaire, partant du principe que nos modules viennent se greffer sur les réseaux existants dans la mesure du possible : dans l’espace public mais aussi dans les logements collectifs (Amenée des réseaux, évacuation mais aussi accès par les cages d’escalier). Ces abris peuvent également être amélioré pour être autonome (photovoltaïque, récupération d’eau de pluie…). En échange de quoi, une fois la situation redevenu "normal" ces modules pourraient rester et devenir la propriété des bienfaiteurs qui ont mis à disposition les réseaux existants et leur morceau de face ou de toiture.

A l’échelle de notre module, nous imaginons une solution mixte faite d’une mobilisation massive de moyen de production à grande échelle et d’une utilisation maline de produits de récupération issus de la catastrophe.

A l’échelle industrielle, notre abri est composé de 2 modules différents : Module A, Pièces d’eaux et accès - Module B, autres pièces. Chacun de ses modules a une surface de 9 m² et est constitué de portiques structurels simples (un cadre + 1 demi ferme, support de couverture ou corbeau pour l’accrochage en façade)

A l’échelle de la récupération maline, cela concerne principalement l’utilisation de gravats support de fondations ou de matériaux pouvant renforcer les performances de base de nos abris. Enfin, la récupération peut aller aussi un peut plus loin et participer de l’appropriation des abris par leurs habitants à plus ou moins long terme sous forme de décoration.